Liens

ministere culture

Site du Ministère de la Culture et la Communication, célébrations et commémorations nationales.

 

L’Association Nationale des Villes et Pays d’art et d’histoire et des Villes à secteurs sauvegardés et protégés réunit plus de 170 villes et territoires porteurs d’un label « Ville et Pays d’art et d’histoire », d’un secteur sauvegardé, d’une ZPPAUP ou qui constituent un dossier VPAH, qui souhaitent partager leurs interrogations et leurs expériences sur les politiques de protection et de valorisation du patrimoine.

L’association nationale constitue, pour ces villes qui font le choix de l’exellence, une plateforme d’échanges et de travail.

 

Exposition « La Canorgue, un patrimoine redécouvert »

 

 

L’association nationale des architectes des bâtiments de France (ANABF) est une association régie par la loi du 1er juillet 1901. Créée en 1979, elle a pour objet de promouvoir la qualité architecturale, urbaine et paysagère au sein de la fonction publique. Elle réalise toutes actions visant à la connaissance, la protection, la promotion et la gestion du patrimoine architectural, urbain et paysager tout en œuvrant plus largement pour contribuer à l’amélioration du cadre de vie et de l’environnement.

L’association organise des séminaires, des colloques, et des voyages d’étude autour des thématiques liées aux politiques architecturales et urbaines et à l’insertion harmonieuse des constructions neuves dans une perspective d’aménagement durable du territoire. Elle publie également depuis 1984 la revue de La Pierre d’Angle.

L’ANABF réunit des membres actifs composés d’architectes urbanistes de l’État en fonction et des membres associés constitués de toutes personnes physiques ou morales intéressées par l’objet de l’association.

Site consacré à l’architecture marocaine

 

Société pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France (SPPEF)

Fondée en 1901, la SPPEF s’intéresse au patrimoine naturel ou bâti d’intérêt général, témoignage de notre civilisation et d’un certain art de vivre. Ce champ d’action va du site préhistorique à l’architecture moderne, du château à l’humble chapelle, du paysage rural à l’espace vert, de la montagne au littoral.

  • Conseiller, contrôler : Interlocuteur écouté des pouvoirs publics, la SPPEF privilégie le dialogue avec les élus locaux et les représentants des diverses administrations. De plus, la SPPEF est présente dans toutes les grandes commissions, à Paris et en province, où elle assume son rôle de mise en garde mais aussi de conseil.
  • Agir : Grâce à son réseau de correspondants et de délégués présents sur toute la France, la SPPEF peut agir rapidement si un site ou un monument est menacé. Elle peut, de plus, mobiliser un réseau étendu d’associations.
  • Informer et sensibiliser : La SPPEF s’efforce de donner un maximum d’information sur le patrimoine de toute la France, sur les textes des lois nouvelles, et sur les actions exemplaires menées par la SPPEF ou en collaboration avec elle. Elle le fait par sa revue  » Sites et Monuments  » qui paraît tous les trimestres (environ 80 pages illustrées), et aussi par ses Journées d’études, des colloques, des congrès, son concours des municipalités (voir détails dans pages suivantes).
  • Mener des actions en justice : La SPPEF a enfin toute capacité de poursuivre en justice les auteurs responsables de dommages causés au patrimoine.

 

La ville d’Uzès révise en parallèle ses deux plans urbanisme et secteur sauvegardé et permet ainsi une meilleure harmonisation et gestion du bâti et du non bâti. Après plus de quarante ans d’existence, le secteur sauvegardé de la vieille ville ressent le besoin d’une révision de la réglementation au même titre que la plan local d’urbanisme. Il se doit de répondre aux exigences de la commune et à l’évolution de la société contemporaine. Il fait partie au niveaux national des plans de sauvegarde et de mise en valeur, des secteurs sauvegardés dits de « première génération ».
Cette révision s’accompagne d’une extension du périmètre actuel pour préserver l’existant. Il s’étend désormais aux boulevards notamment, au quartier des Bourgades et aux rues Sigalon et du collège.

 

Le secteur sauvegardé de Sarlat.  Sarlat a été miraculeusement sauvée grâce à la loi promulguée le 4 août 1962 dite Loi Malraux. Cette loi sur la restauration des secteurs sauvegardés fut appliquée pour la première fois en France à Sarlat. Le centre de la petite cité médiévale avec ses 65 monuments et immeubles protégés servit d’opération pilote pour la mise au point des financements et des critères de restauration.

 

Le secteur sauvegardé de Nimes.

 

Association Concordia Patrimoine & culture : informer de l’actualité du patrimoine et débattre de ses enjeux naturel, culturel et humain ; elle vise à mettre en œuvre des actions pédagogiques et à renforcer les liens entre l’enseignement ou la recherche et l’ensemble des patrimoines culturels d’histoire et de mémoire auprès des publics scolaires, universitaires, spécialisés ou grand public ; organisation des congrès, d’expositions, voyages d’études, échanges culturels et des événements ayant comme sujet tout ce qui touche au patrimoine culturel dans sa globalité.

Site auquel participe François Poche francois.poche@wanadoo.fr

Comité international du Bouclier Bleu (ICBS)

A la suite de la seconde Guerre Mondiale, l’Unesco a adopté la convention de la Haye (1954) pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé. Ce fut le tout premier traité consacré à la protection du patrimoine culturel en cas de guerre, mettant en valeur la notion de patrimoine commun de l’humanité.
Le Bouclier Bleu est le symbole employé pour identifier les sites culturels protégés par cette convention. Cet emblème a également donné son nom au Comité International du Bouclier Bleu (ICBS), qui vise à protéger le patrimoine culturel mondial menacé par les catastrophes d’origine humaine ou naturelles.

Commémoration du centenaire de la naissance de l’historien de l’art André Chastel.